CONNAISSANCE CARNALE SOUS UN RIDEAU DE LA LUNE

Le vent a l’air salin

Fait fondre les cœurs,

Corps tremblants de l’art,

Essayant de faire une paire,

Les mains et les doigts caressent,

Chantent l’amour des vagues de la mer,

Les mélodies de ton gémissement,

Le clair de lune montant sur ton corps

Fait briller des belles caresses,

Derrière un écran d’argent de la nature

Debout, on se remorque, on s’étreigne.

Aussi longtemps que la nuit est en garde

Nous faisons l’amour de la ferveur

Laissez la lune verser sa douche

Nous serons humides partout

Avec les gouttes de notre plaisir.

 

Anita Bacha

(  ‘CARNAL KNOWLEDGE UNDER THE MOON’S CURTAIN BY MARTIAN TRANSLATED)

https://martianpoesy.wordpress.com/2016/10/10/carnal-knowledge-under-moons-curtain/

 

 

Prête-moi ta plume

Prête-moi ta plume pour écrire une poésie
Ma plume n’a plus d’encre
Les mots d’amour s’effritent sur un parchemin éraflé
Prête-moi ton cœur de poète passionné
Mon cœur a perdu son innocence
Les amours ont laisse un parcours des heurts inconsolés
Prête-moi tes yeux pour voir un monde inédit
 Mes yeux voient un grand étendu d’argile gris
La vie ne m’a pas épargné le supplice
Prête-moi tes larmes pour effacer les blessures
Mes larmes sont gelées sous des paupières bouffisses
J’ai respirée l’amour et Les déchirements de cœur
Prête- moi tes bras le soir pour m’assoupir
Mes bras sont las de lutter
Le sommeil n’est pour moi qu’un lointain souvenir
Anita Bacha

Illustration/Source/Internet 
 

FLEUR ADORABLE DU SOLEIL LEVANT

Je caresse avec mes yeux

Ta beauté éclatante

J’inspire ton impudicité

Désorienté comme une abeille

Ivre de ton parfum

Secrètement, je baise tes plis opulents

D’autres abeilles jalousement je vois

Grégaire autour de toi

Assoiffé de ton nectar

Comme je voudrais te cacher

Cacher ta nudité

T’envelopper dans mes bras

Te garder tel un trésor

Te garder telle une perle en coquille

Mais hélas!

Soupirant insensé que je suis

Voluptueuse, tu te donnes

Sauvagement au premier venu

Allègre de plaisir

Insouciante du lendemain

Ne s’occuper de rien

 

ANITA BACHA

consecration-d-francis-apied

Illustration/Artiste/Francis Apied

ENVOLÉE D’UN PAPILLON

 

 Tu survoles loin dans les prés de jade doré

Sous la chaleur enchanteresse du soleil de l’été

Grisé  de délire juvénile et de joie

Tu  défoules  librement de fleur en fleur comme un roi

 

Efflorescences qui se reconnaissent entre mille fleurs

La charnelle vante ses chatoyantes couleurs

 La plus parfumée exalte ses arômes voluptueux

 La coquine essaie de t’emprisonner  dans sa corole

Une  fleur qui n’a pas de parfum te guette jalousement

Une autre,  les pétales décolorés, te regarde tristement

 

Tu  valses et tu joues, ton cœur est pris ailleurs

L’œillet chatouille ton nez

Le coquelicot est trop ridé

 Trop timide la violette

 

Quant à la rose, mystérieuse et distingué,

Elle ne ressemble pas aux autres fleurs

A l’abri de sa chambre couleur verte,

Elle se cache à déplier ses pétales soyeux

Complètement  cultivée elle quitte son énorme lien en bleu

Dans tout l’éclat de sa beauté

Céleste,  parfumé à tourner la tête de l’amant passionné

 La superbe rose est ta reine incontestée

Anita Bacha

Illustration/Artist/Francis Apied

img_7330