Mon bien-aimé

Mon bien-aimé en orange vif,Moi, l’épouse vêtue d’un feuillage vert,

Chantant et dansant gaiement,

Dans le vent doux tourbillonnant.
Lorsque nos yeux se rencontrèrent tendrement,

Je frémis d’extase,

 Mes paupières tombèrent doucement

Et le divin trésor, je gardai tendrement.
Il purifia mon âme tremblante,

Sous une pluie de larmes diluvienne,

Il couvrit mon corps nu, d’une avalanche de fleurs délicates;
Révélée à ma propre réalité,

Nous étions un, connectés, pour l’éternité.

– Anita Bacha-
🍁🍂☘🌺🍀🍁🍃☘🍃🌺🍂🍃☘🍁🍀🌺✨🍃🌺🍀🍂
Above is the French version of my English poem ‘Lord of Brindavan’
Read more 

http://poetryofanitabacha.com/

Illustration/Photography /Anita Bacha

WRITE TO ME THE WORDS

Write to me the words

Write to me the words of love

 That you don’t dare to tell me

 Write to me the words

 Write to me the words of love

That you blow in my hair

 At night when you sleep near me

Write to me the words

 Write to me the words of love

 That you draw on the sand

And the jealous wave clears with her lips

 Write to me the words

 Write to me the words of the melody that you hum

 And the wind carries in a waltz of leaves

Write to me the words

 Write to me the words of love

 In a book without page

  With the ink of eternity

Anita Bacha©

Illustration/Painting/Artist/Francis Apied

words

 

FLEUR ADORABLE DU SOLEIL LEVANT

Je caresse avec mes yeux

Ta beauté éclatante

J’inspire ton impudicité

Désorienté comme une abeille

Ivre de ton parfum

Secrètement, je baise tes plis opulents

D’autres abeilles jalousement je vois

Grégaire autour de toi

Assoiffé de ton nectar

Comme je voudrais te cacher

Cacher ta nudité

T’envelopper dans mes bras

Te garder tel un trésor

Te garder telle une perle en coquille

Mais hélas!

Soupirant insensé que je suis

Voluptueuse, tu te donnes

Sauvagement au premier venu

Allègre de plaisir

Insouciante du lendemain

Ne s’occuper de rien

 

ANITA BACHA

consecration-d-francis-apied

Illustration/Artiste/Francis Apied